Croatie, sur la route des Migrants

La guerre fait fuir des centaines de milliers de personnes.
Quand ton pays est sous une pluie de bombes. Que des barils de TNT tombent du ciel. Que les soldats au sol pillent, violent, torturent, emprisonnent et tuent hommes, femmes et enfants.
Quand ton pays n’est plus qu’un tas de ruines, que tu ne peux plus nourrir ta famille, la garder en sécurité, l’exil s’impose.
Alors tu abandonnes tout pour enfin trouver refuge dans un pays en paix.
Tu ne veux pas grand-chose… Juste t’endormir sans entendre les bombardements et les cris, travailler, que tes enfants aillent à l’école et mangent à leur faim…

Les migrants s’engagent alors sur ces longues routes bien périlleuses avec un courage né de cette seule envie de survivre. Un dernier sursaut d’espoir.

Ils sont loin d’imaginer l’horreur qui les attend une fois encore le long du chemin.

Pour commencer, les milliers de kilomètres à marcher, sans eau, sans nourriture, sans abri la nuit…
Puis des passeurs véreux qui les dépouilleront jusqu’au dernier centime avant de les pousser à embarquer sur des canots abîmés. Entassés, trop nombreux, se demandant enfin quand ils atteindront une terre où la sécurité sera retrouvée.
Mais plus de 2600 personnes ont trouvé la mort dans les profondeurs de la mer Egée, qu’Allah leur pardonne et les accueille au Paradis. Amin.

Les images de ces migrants qui défilent sur nos écrans témoignent de leur souffrance – arrivés notamment depuis la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, la Somalie, et l’Érythrée- et touchent notre équipe au plus profond.

Alors, nous nous rendons pour un première mission dans la Jungle de Calais.
Nous y découvrons des gens désespérés, bloqués, attendant de pourvoir passer la frontière afin de rejoindre l’Angleterre, vivant à même le sol boueux sous des tentes et des abris de fortune alors que le froid glacial de l’hiver s’abat sur le nord de la France. Nous décidons de parer à l’urgence en leur fournissant des chauffages à gaz pour adoucir un peu leur quotidien.

Ne pouvant rester inactifs fasse à ce drame, nous lançons la campagne Al Muhajirun, et nous voilà partis pour la Croatie.
Depuis la fermeture des frontières de la Hongrie qui a depuis des mois opté pour une attitude très dure, allant jusqu’à l’emprisonnement des migrants, la Croatie est devenue le nouveau point de passage en Europe. Presque tous venus par la Serbie, le flux des Migrants tente de rejoindre l’Allemagne ou les pays scandinaves.
Contrairement à la Hongrie, la Croatie – cette nouvelle terre d’accueil – ne ferme au moins pas la porte aux personnes en détresse. Cela se traduit dernièrement par 3 000 demandes de prise en charge. 10 000 policiers sont mobilisés pour assurer la sécurité des migrants et les accompagner dans leurs démarches. « Ils pourront passer par la Croatie et nous travaillons à ce propos (…). Nous sommes prêts à accepter ces gens, quelles que soient leur religion et la couleur de leur peau, et à les diriger vers les destinations où ils souhaitent se rendre, l’Allemagne et la Scandinavie. » a affirmé le premier ministre Zoran Milanovic.
La Croatie est prête à accueillir jusqu’à 1 500 réfugiés par jour et cherchera des solutions pour augmenter ces capacités si leur nombre augmentait, a confirmé M. Ostojic

C’est la convergence de ces faits avec l’absence totale d’associations islamiques en Croatie qui nous a convaincu d’aller au camp pour réfugiés de Slavonski Brod , afin de rencontrer ces Muhajiruns, et de leur offrir la chaleur de nos chers donateurs qui nous ont confié leurs amanas.
Si les paysages enneigés peuvent avoir un joli côté de carte postale, celui qui s’offre à nous à notre arrivée au camp est au contraire des plus déprimants. Quelques abris de fortune installés le long d’une voie ferrée par laquelle arrive un flot d’êtres humains frigorifiés, déstabilisés, perdus et apeurés. Les températures frôlent les -20°C, mais ils doivent attendre sous la neige, dehors, parfois plusieurs heures, pour être enregistrés, avant de pouvoir avoir droit à un thé chaud et une maigre collation. Des sanitaires sont installés à l’extérieur, et quelques tentes sont montées pour qu’ils puissent y trouver un peu de repos.
Nous restons sur place 15 jours pour leur offrir des tenues plus adaptées à la traversée de l’Europe en cet hiver glacé, par la Grâce d’Allah et la générosité des donateurs, nous les habillons de la tête aux pieds avec des doudounes, bonnets, gants, écharpes, et chaussures chaudes et confortables ma sha Allah. Les sourires de nos petites soeurs, les accolades de nos frères, et les remerciements de nos aînés aux yeux emplis de fatigue et de tristesse nous laisseront une cicatrice supplémentaire…

Le Prophète, Paix et Bénédictions d'Allah sur lui, a dit: « Les croyants sont (dans leur amour, leur miséricorde et leur compassion) à l’exemple d’un seul corps, si l’un de ses membre se plaint, l’ensemble du corps sera touché par l’insomnie et la fièvre. » Rapporté par Mouslim



Cette mission est un succès, mais il nous paraît évident que ce n’est pas suffisant. Encore beaucoup trop de familles souffrent de la rudesse de l’hiver, ce qui pousse l’association à repartir une seconde fois pour la Croatie afin de continuer à les vêtir de vos dons et de votre amour, et Miséricorde étant la seule association musulmane sur place, nous nous devions de multiplier nos efforts pour eux!

Et voilà que l’Europe prend la décision de fermer ses portes aux migrants qui tentent d’y trouver refuge. Les camps de passages qui s’étaient formés sur leurs routes pour retrouver un peu de repos et un verre de thé chaud se transforment en prisons à ciel ouvert…

Ils sont là, à nos portes, engoncés dans des camps, sans rien ni personne pour les aider…

La campagne Al Baab, aux portes de l’Europe, voit alors le jour…

Notre équipe décide de se rendre en Grèce pour accueillir les nouveaux arrivants après leur traversée en mer alors qu’ils échouent chaque jour sur la miniscule île de ‪#‎Lesbos‬ , gelés, affamés, et apeurés, ne pouvant ni retourner dans leurs pays dévastés, ni avancer…

Sur sa route, notre équipe fait l’amère découverte du camp pour ‪#‎Réfugiés‬ de Moria, qui a débuté comme camp de transit pour les ‪#‎Migrants‬, et est devenu un centre de détention depuis la fermeture des frontières.

Depuis que la ‪#‎RouteDesMigrants‬ s’est fermée, plus de 50.000 migrants et réfugiés sont bloqués en Grèce, dont 12.000 à ‪#‎Idomeni‬.

De tous âges, de différentes origines, mais avec un seul et même but, vivre en paix. les ‪#‎Migrants‬ du camp d’‪#‎Idonemi‬ ne peuvent compter que sur votre association pour les nourrir, les réchauffer, et leur faire parvenir vos dons et votre amour, car aucune association musulmane ne s’est rendue sur place là non plus!

Alors qu’un simple panneau leur indiquant “Welcome” les met au bord des larmes de par le sentiment de sécurité qu’il leur apporte, imaginez leur bonheur lorsque vos dons les touchent!
Nous restons sur place pas moins de 3 semaines durant lesquelles chaque jour nous distribuons plus de mille euros de victuailles pour nourrir ces familles qui n’ont plus rien, et nous décidons de faire le tour des fermes, afin d’acheter du bétail que nous sacrifierons selon le rite islamique pour que nos frères et soeurs puissent avoir, pour une fois, de la viande… Vos aumônes permettent d’acheter 45 moutons pour les réfugiés du camp !!!!!

A l’heure actuelle, les routes sont toujours fermées, et nos familles fuyant la guerre sont toujours dans des conditions de vie catastrophiques et inhumaines.