Syrie

Depuis 2011, la Syrie connaît la plus grande crise humanitaire qui n’ait jamais existé depuis la seconde guerre mondiale, avec plus de 300 000 morts dans les trois premières années…
Aujourd’hui les compteurs ont cessé de compter chaque mort, on ne parle plus que des statistiques tant les chiffres ont outrepassé l’entendement.

La mort assaillent le peuple par tous les côtés. Alors que les tanks de l’armée et les soldats au sol terrorisent la population, l’aviation fait tomber du ciel une pluie de barils de TNT sur les zones libres, tuant sans discernement hommes, femmes, enfants, et ravageant tout sur leurs passages.

Si la Syrie devait se résumer à quelques chiffres, ils seraient les suivants: plus de 60% des infrastructures hospitalières ont été détruites alors que plus d’un million de personnes nécessitent des soins hospitaliers. Quelques 5000 écoles anéanties. Plus de 10 millions de personnes en insécurité alimentaire, dont 4,8 dans des zones assiégées et inatteignables.

La Syrie hurle sa douleur mais le monde se bouche les oreilles. Nous ne pouvons rester spectateurs…




En juin 2013, notre équipe entreprend son premier voyage vers la Syrie, direction Alep. Nous parcourons les quelques 3000 kilomètres, traversant l’Italie, la Grèce, et la Turquie, et arrivons au cœur du pays afin de leur livrer l’ambulance et le matériel de soins médicaux que vos dons ont permis d’acheter.

Alep, autrefois capitale économique du pays, est devenue ville fantôme.

À notre arrivée, nous sommes frappés par la vision apocalyptique qui s’offre à nous. La moitié de la population a disparu, et les bombardements ont commis des ravages irréversibles.

Ceci n’empêche pas la mort de chercher ses victimes parmi les ruines. Aucun lieu n’est sûr, aucune place n’est à l’abri des barils, des avions et des snipers du régime. Jour et nuit, les tirs ne s’arrêtent jamais. Il n’est plus question de vie, mais de survie. La population locale s’est habituée au chaos, chaque jour de vie est une victoire pour eux.

Nous avons pu remettre l’ambulance à un hôpital d’ALEP et ainsi atteindre l’objectif humanitaire fixé.

Mais cela ne suffit plus. Nous avons vu l’horreur. La destruction. Les massacres. Le sang. Nous avons lu la peur dans les yeux de nos enfants. Nous avons ressenti l’omniprésence de la mort.

Notre équipe s’envole cette fois-ci, toujours direction Alep, pour passer les 10 derniers jours du mois sacré de Ramadhan aux côtés de nos familles syriennes. Nous distribuons plus de 10 tonnes de nourriture aux survivants des bombardements dans nombreux quartiers.

Nous continuons à collecter vos dons et vos Zakat al Fitr que nous partons distribuer dans la Syrie profonde, rencontrant une population livrée à elle même, formant des camps de réfugiés non officiels, sans aucune assistance d’association locale ou autres, oubliée de tout le monde !

Cette population a tout perdu pour fuir les tortures, les massacres, les bombardements…

Nous avons donc conditionné à nouveau 10 tonnes en 600 colis alimentaires contenant riz, lentilles, boulghour, pâtes al hamdu liLlah! 600 familles, soit plus de 5000 personnes, ont bénéficié de cette aide alimentaire d’urgence ma sha Allah!

La Syrie se grave un peu plus profondément dans notre peau à chaque mission, et nous sommes obligés de continuer à porter secours à nos frères et soeurs.

Au mois de novembre de la même année, nous lançons donc une campagne visant à soulager le quotidien des habitants du camp de réfugiés de Homs ainsi que ceux des écoles aménagées accueillants les personnes déplacées.

Par la volonté du Tout Puissant, et par la cause de vos dons, ce sont une fois encore plus de 10 tonnes de denrées alimentaires qui sont offertes à ce peuple dépourvu. Vos dons sont transformés en 700 colis avec riz, pâtes, boulghour et de l’huile d’olive, semant ainsi espoir et douceur dans la vie de plus de 6000 personnes!

2014- La guerre continue…

Nous sommes en Centrafrique pour le mois de Ramadhan, quand la nouvelle tombe. Les combats s’intensifient de l’autre côté du monde, faisant de plus en plus de victimes parmi les civils, et laissant des centaines de milliers de personnes dans la misère et le dénuement les plus infâmes.

A peine posons nous le pied sur le sol français que nous entamons les préparatifs de la prochaine mission, direction le Shâm! Notre équipe se pare une fois encore de sa Foi et des ses convictions et s’envole à nouveau vers les conflits dévastateurs et la guerre qui gronde.

Nous passons les 10 derniers jours du mois sacré entre notre petit appartement, qui depuis a été lui aussi anéanti par les bombardements, et les quartiers en ruines afin de distribuer vos dons sous forme de colis alimentaires aux familles. Notre président, dépité par cette souffrance qui les entoure, se lance dans la livraison de ces colis aux familles qui n’osent pas sortir de chez elles!

Nous rentrons en France effondrés de laisser nos frères et nos soeurs dans de tels conditions, et c’est pourquoi nous lançons la campagne “Grand froid” cet hiver là, afin d’apporter chaleur et réconfort aux rescapés. Nous effectuons des distributions de couvertures et de vêtements chauds aux familles les plus affectées.

Les Syriens continuent de subir les affres de cette guerre qui ne connaît aucun répis. Il est de notre devoir, en tant que Musulmans, mais également en tant qu’êtres humains, de tout mettre en oeuvre pour leur porter secours.

Notre bien-aimé Prophète, Paix et Bénédictions d’Allah sur lui, a dit:

Le musulman est le frère de son coreligionnaire, il ne doit ni l'opprimer, ni l'abandonner. Celui qui vient en aide à son coreligionnaire, Allah lui viendra en aide." Rapporté par Mouslim.

Les photos de Syrie